Peinture de Jean-Michel Degoumois

Le regard du peintre sur son travail

Il y a eu tout d’abord les œuvres noires, bien avant la peinture. Le pastel étalé à la paume de la main sur de grandes surfaces de papier, laissant, à force de passer et de repasser, des traces de nuit, d’ombres, faisant sourdre la lumière.

Puis il y a eu la rencontre avec le goudron. Je ne sais plus comment c’est arrivé, mais sans doute, il y eut un besoin de matière avec l’envie d’enlever, de remettre, puis d’enlever encore cette matière jusqu’à ce qu’apparaisse le soleil du matin, une lumière derrière un nuage, venue de quelque part. Pendant longtemps, je n’ai utilisé que des couleurs naturelles.

Mais en continuant mon périple, j’ai laissé derrière moi les derniers vestiges calcinés, les volumes minéraux, gardiens du temps et de l’espace, comme si j’avançais aux bords de la terre.

Je suis ce long travail de “dé-conscience” et de “laisser-advenir” pour arriver petit à petit à ne garder que l’essentiel et quitter momentanément la matière odorante et puissante du goudron pour ne fixer qu’une ligne infinie qui sépare les éléments.

Et puisque j’étais dans la matière, s’est rattaché le papier (en hommage à mes premiers travaux ?). Papiers d’emballage, collés et recollés, la fusion des matières, le brillant et le mat, le doux et le rugueux, pigments, pastels, huile, pour donner corps aux paysages et aux masses : châteaux, ruines ou blockhaus. Tout ce qui pouvait encore retenir mon regard, me raconter une histoire, m’empêcher de me perdre dans l’infini des horizons.

Jean-Michel Degoumois - Peinture
Jean-Michel Degoumois - Peinture

Alors, sont apparues les couleurs. Sans y prendre garde, j’ai abordé le rouge qui me faisait si peur et les couchers et levers du soleil aux confins de nulle part. Comme assis sur une colline, surplombant un lac, un mur, une plaine. Installé pour de bon dans un instant infini, à ce moment où le jour et la nuit se séparent, l’heure morte, le temps arrêté.
La suite de mon travail, je ne la connais pas encore.

- Jean-Michel Degoumois

BrunoAccueil